MENU

Les 19 Lyonnais pour Le Mans

illustration

Gérard Houllier a convoqué 19 joueurs pour le déplacement au Mans. A noter le retour de Tiago. Absent lors de la réception d'Auxerre, Eric Abidal figure également dans le groupe olympien. Grégory Bettiol, Loïc Rémy et Claudio Caçapa retrouvent le groupe de CFA.

Le groupe lyonnais : Abidal, Ben Arfa, Berthod, Carew, Clerc, Coupet, Cris, Diarra, Govou, Juninho, Källström, Malouda, Müller, Réveilllère, Squillaci, Tiago, Toulalan, Vercoutre, Wiltord.

Gérard Houllier :

Pensez-vous que les Manceaux seront revanchards après leur défaite 8 buts à 1 lors de la dernière journée de la saison passée ?
Non. Comme nous n’étions pas restés sur le 4 buts à 0 que nous avions encaissé à Lille en fin de saison dernière. En sport, les références au passé sont inutiles, elles ne sont que perte de temps. Le sport, c’est le présent et le futur en permanence. Pour nous chaque match a son lot d’incertitudes. Les joueurs doivent y répondre et fournir les efforts pour cela. Avant un match de Ligue des Champions, il est toujours très important d’obtenir un bon résultat.

Le Mans – OL était votre premier match de Ligue 1 sur le banc lyonnais. Y a-t-il un caractère sentimental dans cette opposition ?
A vrai dire non. Si je devais retenir quelque chose de sentimental, je retiendrais plutôt le but de Sylvain Wiltord qui reste un très bon souvenir. Le Mans est une bonne équipe avec du tranchant devant. Ils ont des joueurs comme Bangura, Grafite ou Fanchone. Ils ont replacé Romaric en milieu de terrain défensif, avec beaucoup de bonheur. Ils présentent un bilan de 2 victoires pour 6 nuls à domicile. La frontière entre la victoire et la défaite étant ténue, ils auraient bien pu engranger au moins 4 victoires de plus. Cela leur aurait permis de bien remonter. Cette équipe me rappelle l’équipe de Lens de la saison passée. On va avoir droit à un vrai match de Ligue des Champions. On en est conscients. On ne devrait pas retrouver les mêmes joueurs que ceux que l’on a vus sur les cassettes. Quand on joue contre ce type d’équipe, leurs joueurs élèvent leur niveau de jeu. De notre côté, on doit également chercher à hausser notre niveau de jeu. La force de l’OL réside dans sa capacité à rester humble dans le succès. On a suffisamment d’expérience pour prendre du recul. On veut être les meilleurs mais il nous reste du chemin à faire. On travaille pour cela.

Est-ce que cela vous surprend de voir Bangoura meilleur buteur du championnat ?
Il était blessé l’an dernier. Je l’ai vu jouer sur pas mal de vidéos. Il est capable de très bonnes choses. Il n’est pas plus difficile de préparer une rencontre contre lui que contre Pauleta. Les joueurs sont très attentifs lors des présentations de nos adversaires. Même lorsqu’il s’agit d’un joueur méconnu qui occupe un poste important dans l’équipe, on le signale.

Comment avez-vous trouvé vos joueurs cette semaine ?
Beaucoup mieux. S’il y avait eu un peu d’usure psychique, elle est partie. Mais je le répète : les joueurs n’étaient pas fatigués contre Auxerre, sinon ils n’auraient pas aussi bien défendu, avec autant de lucidité et d’intelligence. Contre Sedan et Auxerre, nous n’avons pas concédé beaucoup d’occasions de but.

Portez-vous une attention particulière à vos 14 points d’avance ?
Non. Il nous reste 4 matchs de championnat dont 2 à domicile et 2 à l’extérieur, 1 match de Ligue des Champions et 1 match de Coupe de la Ligue, soit 6 matchs en 21 jours. On sait ce qui nous reste à faire. On s’est fixé des objectifs en interne, on les atteindra. Ce n’est pas maintenant qu’on compte les points d’avance, c’est à la fin de la saison. Aujourd’hui, je suis d’accord avec Juninho : le match le plus important, c’est la rencontre face à Bucarest.

Sur un plan personnel, battre votre record établi avec le PSG après 16 journées (42 points après 16 journées) vous intéresse-t-il ?
Le seul record qui m’intéresse, c’est le 6e titre. Avec les joueurs, on partage le goût et l’envie de réaliser quelque chose qui n’a jamais été réalisé. Ce sont de vrais champions : peu importe l’événement, ils veulent toujours réaliser plus. En football, il y a les champions et les « super-champions ». Malgré leur notoriété, leur reconnaissance et leurs trophées, ces derniers en veulent encore plus et sont capables de foncer. A Bordeaux par exemple, j’ai vu des « supers champions » dans mon équipe.

Voyez-vous des ressemblances entre le PSG de cette époque et l’Olympique Lyonnais ?
La joie d’être ensemble, la joie de vivre et la qualité du jeu. Leur envie de jouer pour gagner. Lorsque l’on agit ainsi, on progresse plus, on grandit plus. Cela fait partie des objectifs du Mans.

Où en sont Fred et Karim Benzema ?
Ils vont mieux. Je ne serais pas étonné d’en récupérer 1 sur 2 avant la trêve. De son côté, Claudio Caçapa va beaucoup mieux. Il n’est pas improbable qu’il puisse participer à la rencontre contre le Steaua Bucarest.

Publié le 01 décembre 2006 à 15:47:00 par BV

Sur le même thème