MENU

Dans la presse de ce dimanche 12 février

illustration

C’est un Juninho très remonté et passablement agacé qui s’est exprimé sous la plume d'Antoine Osanna dans les colonnes du Progrès du 12 février, au lendemain la rencontre RC Lens – Olympique Lyonnais (1-1).

Le Brésilien a pris la parole « en tant que capitaine » pour dénoncer le traitement de défaveur dont pâtit le club lyonnais de la part du corps arbitral. « Depuis que Jemmali a parlé sur cette prétendue protection dont on ferait l’objet, j’ai l’impression que cela devient de plus en plus difficile pour nous* ». Après avoir tenu à souligner la qualité de ses adversaires ainsi que son habituel respect envers les arbitres, le capitaine lyonnais a stigmatisé les trop nombreuses fautes sifflées contre John Carew et s’est « interrogé pour savoir s’il y avait bien les dix ou onze hors-jeux que l’on nous a sifflés en première mi-temps ».

Après cette rencontre, le président de l’Olympique Lyonnais, Jean-Michel Aulas, à la demande de son milieu de terrain brésilien, abondait dans ce sens. Dans le quotidien L’Equipe, il s’est étonné du «nombre de fautes sifflées sur John Carew alors qu’il ne saute même pas ». Il a ainsi une nouvelle fois pointé du doigt « un sujet qui mérite débat ».
Tout en fustigeant une presse qui n’hésite pas « à faire des débats pour savoir si l’OL est avantagé », il a émis l’hypothèse d’ « en faire un sur le thème : « (l'OL) est-il vraiment désavantagé » ». Au travers de cette remarque, le président lyonnais fait allusion au subjectif article de L’Equipe daté du 22 septembre 2005 (au matin du match Lyon – Lens) intitulé « Lyon est-il protégé ? »

A l’image d’Eddy Merckx en son temps, ou Michael Schumacher dans un passé plus récent, la domination de l’Olympique Lyonnais agace et suscite bon nombre de commentaires tendancieux auxquels les arbitres, passionnés de football, ne peuvent demeurer insensibles. Après le match contre Bordeaux, Jean-Michel Aulas avait déjà critiqué « la campagne déloyale dont l’OL avait été victime dans les médias » et réclamé « qu’on arrête de nous pénaliser parce qu’on est meilleurs ». Ce matin, Juninho, se faisant l’écho de son président, se demandait s’ « il est vraiment intéressant pour la L1 qu’un club décroche un cinquième titre consécutif ».

*Le 19 septembre 2005, au lendemain de la rencontre Bordeaux – Lyon ( 1-1), le défenseur girondin affirmait dans l’Equipe : « Lyon est protégé ».

Publié le 12 février 2006 à 20:00:00 par BV